Notre coup de ❤ : l’hôtel Grand Ferdinand

Notre coup de ❤ : l’hôtel Grand Ferdinand

février 28, 2017 0 Par Jade Broggio

Jade, éditorialiste chez Evasions Secrètes, nous raconte son coup de coeur pour l’hôtel Grand Ferdinand : un pur joyau de style situé en plein centre-ville de la splendide Vienne…

Il y a un mois encore, je ne connaissais rien de Vienne et la capitale autrichienne n’était pas vraiment sur ma Wanderlist… C’était avant de croiser le regard d’un palace 5 étoiles à Vienne : le Grand Ferdinand. Chez Evasions Secrètes, nous sommes habitués à travailler avec des hôtels grandioses et les coups de cœur ne sont pas rares. Pourtant, la beauté du Grand Ferdinand a eu sur moi un effet singulier qui me poussa à réserver deux billets aller-retour pour un week-end à Vienne le soir même…

Certaines pièces de l’établissement semblent tout droit sorties d’un magazine de décoration…

L’accueil

Un vendredi matin de février, j’arrive à la gare centrale de Vienne et décide de marcher jusqu’à mon pied-à-terre qui occupe une place de choix au coeur du centre-ville. Les paysages enneigés de la ville sont d’une beauté rare à cette période de l’année. J’ai pu le constater en traversant le petit parc de Stadtpark et ses grands espaces glacés. Dix minutes plus tard, j’emprunte la célèbre Ringstrasse, cette avenue parsemée de monuments impériaux autrichiens. C’est sur cette allée royale que le Grand Ferdinand m’attendait, niché derrière une façade d’un somptueux bâtiment des années 1950.

Réception de l'hôtel - oeuvre d'art accueillant fièrement les visiteurs

A côté de la réception de l’hôtel, une oeuvre d’art accueille fièrement les visiteurs.

Dès mon arrivée, la réception donne le ton. Une palette de couleurs – doré, blanc, noir et rouge – habille un décor presque irréel et le marbre, omniprésent, confère à la pièce une atmosphère des plus luxueuses. Au milieu du hall trône une œuvre d’art un peu singulière : un cheval noir empaillé accueillant fièrement les visiteurs…. C’est impressionnant, dérangeant et fascinant à la fois mais quoi qu’il en soit, l’effet est réussi. J’atteins enfin le sixième étage et me dirige vers la chambre 620. J’actionne ma clé électronique dans la serrure et là, le charme opère…

La chambre

Un clic mécanique suffit pour me transporter dans un royaume de calme et de volupté. Entre quatre murs peints d’un gris très foncé, la pièce me paraît tout droit sortie d’un magazine de décoration haut-de-gamme : style baroque et contemporain s’allient savamment pour un résultat des plus surprenants. Le parquet en bois supporte un lit orné d’une tête en nacre blanche sculptée dont la taille me paraît presque indécente. Tout semble graviter autour de lui.

Les chambres Supérieure de l’hôtel Grand Ferdinand sont d’une beauté rare.

A gauche, une méridienne couverte de cuir aux tons kaki invite à s’assoupir lascivement. Les détails sont minimalistes et dans cet écrin d’élégance dépourvu de tout rangement, le style est élevé au rang d’art. Les accessoires de la chambre – garde-robe, sèche-cheveux – se fondent parfaitement dans le décor grâce à d’astucieuses suspensions conférant à la pièce un effet d’immensité. La salle de bain se compose d’une immense douche à l’italienne et d’un lavabo qu’aucune paroi ne sépare de la chambre… Le message est clair : nul besoin d’artifices, les lieux sont somptueux par nature et n’ont rien à dissimuler…

La salle de bain est intégrée à la chambre, créant un effet d’immensité.

Le petit-déjeuner

 Le lendemain matin, après une superbe soirée à l’opéra de Vienne, je me rends au huitième et dernier étage de l’établissement pour le petit-déjeuner. Les lieux sont exclusivement réservés aux clients de l’hôtel. Tout en appréciant la vue panoramique sur les toits de la ville – et sur la cathédrale Saint-Etienne au premier plan – je prends place à une magnifique table baroque remplie de mets somptueux pour un petit-déjeuner qui s’annonce… royal. Au programme : sucré et salé, gâteaux faits maison et spécialités autrichiennes. Le plus ? Pouvoir commander à la carte des œufs ou une omelette maison, le tout, compris dans la formule. Je choisis de m’installer sur la banquette rouge capitonnée pour profiter de la vue donnant sur les toits de la ville. La table est entourée de plantes vertes grimpantes venant souligner un mobilier d’un blanc brillant pour un contraste absolu. Le personnel est aux petits soins et vient régulièrement me resservir en jus, thé ou café. La musique est agréable et la nourriture délicieuse.

La salle du petit-déjeuner, située au 8ème étage de l’établissement, offre des vues imprenables sur la ville.

La brasserie

Le soir, après avoir arpenté Vienne, je m’installe à la brasserie de l’hôtel pour un repas léger. Le Goulasch & Champagne est en endroit charmant qui reprend tous les codes de la décoration du Grand Ferdinand. La carte s’élabore autour de spécialités régionales simples et de vins autrichiens. La cuisine y est gourmande et les prix, ultras corrects. C’est ici que j’ai dégusté le meilleur goulasch de Vienne !

Brasserie Goulash & Champagne au Grand Ferdinand

La brasserie Goulasch & Champagne du Grand Ferdinand a quelque chose d’envoûtant…

Le lendemain matin, je me réveille avec la surprise d’un soleil resplendissant qui illumine la ville. La vue depuis la salle du petit-déjeuner prend alors une toute autre dimension, invitant presque à la méditation. Je décide de finir mon café confortablement installée dans l’un des transats de la terrasse pour profiter au mieux du spectacle de la neige qui fond, petit à petit, sur les toits des monuments de la ville…

Vue de la terrasse panoramique du 8ème étage

La vue de la terrasse panoramique du 8ème étage est à couper le souffle…

Le départ

C’est déjà l’heure de quitter les lieux… Je me dirige vers la réception avec un sentiment mitigé : le regret de quitter cet endroit fantasmagorique mais le sentiment d’avoir vécu un moment privilégié. Le réceptionniste me salue et me remet un petit paquet de la part de l’établissement au moment où je tourne les talons : 250 grammes de gaufres autrichiennes au chocolat. Une bonne cure de magnésium, soit tout ce dont j’avais besoin pour retrouver le moral…

Cliquez ici pour rejoindre Evasions Secrètes et économisez jusqu’à 70% sur des hôtels de luxe.