A la découverte de Cuba

A la découverte de Cuba

octobre 11, 2016 0 Par Jade Broggio

Avec la menace de changements culturels qui pèse sur la l’île depuis la levée de l’embargo en 2014, Cuba est passée en priorité dans notre top 3 des voyages à effectuer autour du monde. Cuba, c’est un lieu de contrastes, de paradoxes, de bâtiments bruts qui dégagent pourtant une aura inexplicable, de voitures délabrées mais si belles, de personnes souriantes et chaleureuses. La ville intrigue autant qu’elle attire.

En mars 2015, j’embarquais pour cette île énigmatique avec le désir de m’en faire ma propre idée, au-delà des clichés. J’allais traverser la Havane et parcourir ses alentours pendant 10 jours avec un budget moyen. Loin des hôtels tout compris et du confort d’une chambre climatisée, mon voyage ne fut pas de tout repos mais il a été définitivement amusant et pleins de bonnes surprises. Si vous pensez partir découvrir Cuba avant que l’île ne change définitivement de visage, ce guide vous apportera toutes les informations pratiques dont vous aurez besoin pour votre excursion.

Playa Ancon

Playa Ancon

Meilleure période pour partir et durée du séjour

A Cuba, la saison touristique s’étend de novembre à mars puis de juillet à août. Mai, juin et septembre correspondent à la saison basse en raison des fortes pluies et de la menace potentielle d’ouragan. La grande majorité de l’île jouit d’un climat tropical avec une saison humide et une saison sèche. S’il existe donc un risque de vous retrouver sous des pluies diluviennes, la nature tout autour est en contrepartie verdoyante.

La durée de votre séjour va dépendre des endroits que vous voulez visiter et du temps que vous souhaitez allouer à chaque étape. Si votre temps est limité, l’avion sera le moyen de transport le plus rapide entre chaque escale. Votre voyage le plus long serait la Havane, (située sur la côte nord-ouest) – Baracoa (sur la pointe sud est) que vous rejoindrez en deux heure et demie. Ce même trajet dure près de 17 heures en bus et 12 heures avec une voiture de location.

Il vous faudra au minimum trois jours complets pour découvrir la Havane et ses quartiers, point de chute idéal pour commencer et finir votre voyage. La formule trois nuits à la Havane suivie d’une semaine sur les sables de Varadero est assez populaire. Cependant, Cuba regorge de richesses et un tour de l’île en voiture à travers les différentes villes est fortement recommandé. Avec dix à quatorze jours devant vous, vous pouvez aussi vous envoler pour Santiago qui vous donnera un bon aperçu de l’Oriente (la région la plus à l’est de Cuba). Si vous avez trois semaines devant vous, vous avez assez de temps pour une visite de Cuba en profondeur, en partant de la Havane, jusqu’à Baracoa.

Havana

Havana

LA HAVANE

Se loger

Il existe peu d’hôtels milieu de gamme à Cuba. Les choix d’hébergements sont donc limités aux suivants : hôtels haut de gamme, hôtels en pension complète ou hébergement chez les particuliers (casa particulars). Certains des meilleurs hôtels de la Havane sont des bâtiments chargés d’histoire et valent bien une escale pour un mojito ou un déhanché sur un rythme de salsa. Pour n’en citer qu’un, l’Hôtel Nacional de la Havane a accueilli Nat King Cole, Winston Churchill ou encore Ernest Hemingway tandis que l’hôtel Sevilla a offert ses services à de hauts dirigeants de la mafia tel que Al Capone, comme en témoigne sa décoration.

Les casa particulars sont des maisons ou des chambres privées que les locaux louent aux touristes. La plupart d’entre elles sont identifiables grâce à une sorte de double flèche bleue située à l’entrée (parfois accompagnée des mots « arrendador divisa ») Ces pied-à-terre sont nombreux mais pour être sûr de bénéficier des meilleurs, il vous faudra réserver à l’avance. Si vous avez eu un coup de cœur sur une casa spécifique, assurez-vous de la réserver au moins un mois à l’avance par mail ou par téléphone, en particulier en haute saison.

Les prix des casas varient entre 20 et 50 CUC $ par nuit. Si vous n’avais pas planifié tout votre voyage, pas d’inquiétude, les propriétaires des casas seront heureux de vous aider à trouver un hébergement pour votre prochain escale. Si les casas peuvent paraître quelque peu défraîchies, elles sont pourtant étonnamment propres et équipées de salles de bains privées et d’eau chaude.

Viñales

Viñales

Se déplacer

Les voitures colorées de Cuba font partie des clichés mythiques qui sont pourtant bien réels ! Elles arpentent bruyamment les rues des villes ou stationnent sur les places pour le plus grand plaisir des touristes. Certaines fonctionnent comme des taxis privés que vous pouvez héler pour vous emmener à un endroit spécifique pour un prix convenu. D’autres fonctionnent comme un transport en commun et conduisent autant de passagers que possible dans la ville. Celles-ci vous déposeront dans un endroit plus général plutôt qu’une adresse spécifique ( par exemple, une intersection de rue ou près d’une place) le tout pour 1 CUC $ par personne.

A Cuba, les chauffeurs de taxis roulent en vielles Lada russes encore dans leur jus ou dans des modèles européens plus modernes (certaines sont peintes en jaune comme un clin d’œil aux taxis anglais). Peu importe la forme ou la couleur, un taxi officiel arborera toujours un signe « taxi » pour que vous puissiez l’identifier.  Certains taxis sont gérés par l’état et dispose d’un taximètre bien que vous deviez négocier un prix avant de monter la plupart du temps.

Pour les séjours longs, circuler en taxi peut s’avérer économique si vous êtes en groupe mais pas aussi confortable que les autobus de l’île (air conditionné…) Viazul est le service de d’autobus qui fonctionne le mieux à Cuba. Vous devrez vous rendre à leurs bureaux un ou deux jours à l’avance pour acheter un billet (assurez-vous d’avoir votre carte d’identité).

Cubanacan propose le service Conectando, une alternative qui recueille les passagers de différents hôtels. Vous pouvez acheter des billets à leur bureau ou à votre l’hôtel directement si celui-ci est partenaire.

Il est aussi possible de louer une voiture mais l’option est relativement chère et la loi de la jungle sur les routes de Cuba est de rigueur. Si vous optez pour cette option, assurez-vous de prendre une boussole (ou au moins une carte !). Les routes de Cuba brillent par leur absence de signalisation et d’indication. Si un réseau de trains existe, ces derniers sont lents, inconfortables et peu fiables.

Trinidad

Trinidad

Se restaurer

Depuis 2014, le gouvernent cubain a autorisé des milliers de restaurants gérés par l’état à se privatiser. En conséquence, la restauration sur l’île s’est largement améliorée. Les restaurants tenus par les particuliers sont des « paladars » et offrent un large choix pour tous les budgets. Les restaurants les plus chers offrent des menus plus variés tandis que les autres s’en tiennent à la cuisine créole. Vous trouverez des tentatives de cuisine internationale comme des pizzas ou des pâtes mais c’est souvent peu concluant. Il existe aussi quelques restaurants végétariens mais, de façon générale, vous pourrez trouver votre bonheur parmi les soupes, omelettes, riz salades et autres sandwiches figurant sur les menus si vous ne mangez pas de viande.

Les casas particulars proposent un petit-déjeuner pour 5 CUC $ par personne. Il se compose en général d’œufs, de saucisses, de pain, de fruits, d’un jus et d’un café. De plus en plus de paladras adoptent la tradition du brunch mais elle est loin d’être aussi répandu que dans le reste du monde. Pour un encas, vous pourrez vous délecter d’un chiviricos, ce baignet cousin du churros, confectionné par les vendeurs ambulants. Les supermarchés tels que nous les connaisson n’existent pas. A la place, vous découvrirez de petits magasins d’alimentation placés ici et là dans la ville, vendant des bouteilles d’eau, de l’alcool, des pâtes sèches, quelques conserves et pots, une sélection limitée de chips, des biscuits et des noix.

Vous serez heureux d’apprendre que le mythe du Rhum n’en n’est pas un et que vous ne pouvez explorer les villes de Cuba sans un Mojito à la main ! Que vous soyez dans un bar, un café ou un restaurant, il y’a presque toujours un menu des cocktails pour vous accompagner. Les meilleurs rhums sont le Santiago de Cuba Anejo et le Havana Club et les deux peuvent être achetés dans les commerces locaux ou à l’aéroport, à votre départ, pour le même prix. A première vue, les cocktails ne payent pas de mine et le traditionnel parapluie en papier que nous connaissons ici est troqué pour une paille fluo. Ne vous fiez pas aux apparences, ils sont pourtant délicieux !

Varadero beach

Varadero beach

Monnaie

Cuba dispose d’un système à double monnaie : les cubains sont payés en pesos nationaux (MN$) tandis que les touristes utilisent des pesos convertibles (CUC$) qui sont 24 fois la valeur d’un pesos national. Comme ces devises se ressemblent comme deux gouttes d’eau, il est fréquent que les locaux essaient de vous rendre la monnaie en pesos nationaux lorsque vous payez en pesos convertibles. Vous pouvez éviter ce genre d’ennuis en apprenant à reconnaître les deux monnaies : les pesos nationaux sont marqués par des portraits de héros cubaines tandis que les pesos convertibles sont marqué par des monuments nationaux et indiquent « convertible pesos » en petits caractères, juste en dessous de leur valeur.

Vous ne pourrez pas changer votre monnaie à l’avance. Vous devrez attendre d’être à Cuba pour le faire. Vous trouverez un bureau de change à l’aéroport de la Havane. Si l’on vient vous chercher à l’aéroport, votre chauffeur doit s’attendre à devoir patienter s’il y a une file d’attente au bureau de change. Il arrive que les taxis à l’aéroport vous chargent un plus pour couvrir cette attente.

A Cuba, le liquide est roi. La plupart des établissements ne prennent pas les cartes de crédit. C’est le cas des casa particulars et des paladars qui pour la majorité ne sont pas équipés en machine à carte. Si les distributeurs et les bureaux de change ne sont pas fréquents, ils existent tout de même. Il est utile de repérer à l’avance leur emplacement dans les villes que vous avez l’intention de visiter afin de retirer du liquide si vous vous rendez dans des villes ou vous n’en trouvez pas. C’est un scénario plutôt commun si vous visitez Cuba en road trip dans les zones les plus reculées.  

Santiago de Cuba

Santiago de Cuba

Conseils

En tant que voyageur indépendant à Cuba, vous êtes une cible pour les jineteros (profiteurs). Avec leur approche chaleureuse et souvent charmeuse, il est facile de se laisser séduire en pensant que vous vous faites un ami cubain. Si leurs services peuvent être utiles (pour trouver un restaurant, ou un endroit pour passer la nuit), vous payerez cependant une lourde commission en échange de leur aide et très vite, leur amabilité chutera. Restez donc prudent, surtout si c’est eux qui vous abordent en premier.

Si vous êtes une femme, vous attirerez les jineteros comme le miel attire les abeilles. Si les cubaines sont habituées à la drague de rue, vos oreilles seront sans doute moins tolérantes aux sifflements et aux bruits de baiser constants. La plupart du temps, les ignorer fonctionne mais parfois, les repousser sèchement pourra aider à mettre fin à leur parade. En dehors de cet aspect, Cuba est un endroit sûr pour voyager. Les attaques violentes sont rares et les rues sont sûres, même la nuit.

Préparez-vous à vous déconnecter

Vous pouvez dire au revoir à Instagram durant votre séjour, ce qui est une bonne nouvelle pour certain, et une punition pour d’autres. A Cuba, internet est soumis à des restrictions massives par le gouvernement et si par chance vous réussissez à trouver une connexion, le débit sera très lent. Certains hôtels haut de gamme proposent le Wifi mais la connexion n’est en générale pas très fiable, même si vous payez pour l’avoir. Comme vous n’aurez pas accès à toutes les applications utiles de GPS, la bonne vieille carte sera un outil indispensable dans vos déplacements !

Pinar Del Rio

Pinar Del Rio

Bon à savoir

Services d’urgences : 106 (urgences et police) ou 105 (pompiers)

Monnaie : pesos convertibles (CUC$) et pesos nationaux (MN$)

Décalage horaire : il est 6 heures de moins par rapport à la France

Temps de trajet : environ 13 heures avec une escale

Langue : espagnol

Religion : catholique en majeure partie

Politique de pourboires : 10 % de l’addition

Branchements électriques : similaires à la France

Visa : un visa touristique est nécessaire et valable durant 30 jours.  Il sera souvent inclus avec votre pack voyage mais si ça n’est pas le cas, vous devez le demander à l’avance sur internet (15 € plus frais de port et frais de services) ou le collecter directement à l’ambassade de Cuba en France.

Cliquez ici pour joindre Evasions Secrètes et économisez jusqu’à 70% sur des hôtels de luxe.